Atlantico, le pure player de droite, se penche sur la génération Y face à la crise sous ses divers aspects. Le 1° article traite de la génération Y, née entre 1980 et 2000 (génération qui suit la génération X) face à la crise au XXI° siècle sous un angle sociologique. A priori cette génération est lourdement frappée par le chômage, mais reste positive. "Néanmoins, une des caractéristique de cette génération malchanceuse mais positive, sereait de prolonger l'adolescence, repoussant aussi longtemps que possible toute forme d'engagement selon le sociologue de l'université du Kent, Franck Fured. " Cependant, cela peut être pris aussi comme une forme de prudence vis à vis de l'incertitude de leur avenir. 

Le deuxième article , écrit par François de Singly, aborde la vie sentimentale de la génération Y et son rapport compliqué à l'engagement. L'important n'est pas l'engagement mais le sentiment amoureux et la construction d'une relation basée sur le consentement mutuel et le respect du développement personnel. "Ils demandent, dans un univers qui n’est pas nécessairement tendre, un petit monde où ils pourront être enfin eux-mêmes, sans crainte de jugement, où idéalement la valeur de l’amour n’est pas équivalente à la valeur sociale, monétaire des deux personnes."

Le 3° article (écrit par J. Pouget) traite du rapport de la génération Y face à l'autorité dans l'entreprise, qui doit être basée selon elle sur la compétence et non par un ordre établi. La génération Y est plus directe et remet davantage en cause les ordres afin de comprendre le pourquoi (génération why). Ce qui peut causer parfaois des tensions avec la génération précédente.

Pour compléter ce portrait de la génération Y, un article de Deschavanne (le philosophe, pas l'animateur!) revient sur les notions d'adonaissant et adulescent, en expliquant l'origine de cette crise de l'âge adulte.

Pour conclure une petite vidéo qui résume rapidement les caractéristiques de cette génération http://vimeo.com/33023016