Vous pouvez voir sur le BO le détail de la mise en place de la materisation de la formation des enseignants avec une critique de Jean Louis Auduc sur cette réforme inadaptée : "Le master en  deux ans devrait préparer aux épreuves écrites et orales des concours, donner des compétences professionnelles pour prendre une classe dès la rentrée suivante, rédiger un mémoire de recherche, développer leurs connaissances disciplinaires, suivre des stages sur le terrain, notamment en responsabilité, sans oublier « l’ouverture internationale" Pour ce qui est des épreuves des capes, elles doivent avoir lieu pour l'écrit en décembre mais la circulaire est imprécise :  "Comme devrait rapidement être clarifié ce que signifie « session 2011 ». S’agit-il de la date des épreuves terminales des concours ? Donc mai/juin 2011. Dans ce cas, il est nécessaire de vite annoncer que des épreuves écrites auront lieu en septembre 2010 pour le professorat des écoles et en décembre 2010, pour les concours du second degré. S'agit-il de la date des épreuves écrites des concours ? Donc, septembre 2011 et décembre 2011. Dans ce cas, l’année 2011 serait une année « blanche »… Une économie budgétaire supplémentaire due à la mastérisation, mais qui n’entraînera pas un meilleur taux d’encadrement des élèves ……"

et sur Légifrance, vous verrez les détails du nouveau capes de documentation pour la rentrée 2010 :

A. ― Epreuves d'admissibilité

1° Première épreuve d'admissibilité :
L'épreuve consiste en une composition à partir d'un texte et portant sur un sujet relevant des sciences de l'information et de la communication.
Elle permet d'évaluer, en particulier, la capacité du candidat à organiser une démonstration et à l'étayer par des connaissances précises en sciences de l'information et de la communication.
Durée : cinq heures ; coefficient 3.
2° Deuxième épreuve d'admissibilité :
L'épreuve comporte :
― l'étude d'un sujet de politique documentaire relative à un établissement scolaire du second degré, prenant appui sur un dossier comportant au maximum trente pages. A partir d'une problématique dégagée à sa lecture, le candidat établit un plan de classement, rédige une note de synthèse, puis conclut en exprimant un point de vue personnel sur le sujet traité ;
― une question se rapportant à l'histoire, aux enjeux et à l'épistémologie de la documentation.
L'épreuve permet d'évaluer, en particulier, d'une part, la capacité du candidat à extraire les idées essentielles d'un dossier et à les restituer avec un esprit de synthèse, d'autre part, ses connaissances en épistémologie de la documentation.
Durée : cinq heures ; coefficient 3.

B. ― Epreuves d'admission

1° Séquence pédagogique portant sur les programmes des collèges et des lycées :
Durée de la préparation : trois heures ; durée de l'épreuve : une heure dont vingt minutes maximum consacrées à l'exposé ; coefficient 3.
L'épreuve comporte deux volets.
Le premier volet consiste pour le candidat à élaborer une séquence pédagogique nécessitant l'exploitation de ressources documentaires.
A partir d'un sujet tiré des programmes et instructions de l'enseignement secondaire, le candidat constitue un corpus de documents numériques, puis expose, devant le jury, la situation envisagée, justifie ses choix de nature pédagogique, et explicite sa démarche.
Il indique les apprentissages informationnels des élèves qui peuvent être articulés à cette situation.
Durant le second volet, le candidat :
― d'une part, élabore une bibliographie sur le sujet proposé incluant les éléments du corpus et des documents complémentaires qu'il juge utiles ;
― d'autre part, effectue l'analyse documentaire de deux documents du corpus, au choix du candidat.
Le jury apprécie la pertinence de la sélection en fonction des objectifs pédagogiques visés, ainsi que la qualité du traitement documentaire effectué. Il peut demander des précisions au candidat, voire des éléments de traitement d'un ou de plusieurs autres documents.
2° Epreuve sur dossier comportant deux parties : 14 points sont attribués à la première partie et 6 points à la seconde. (Durée de la préparation : deux heures trente minutes ; durée totale de l'épreuve : une heure ; coefficient 3.)
Première partie : dossier proposé par le jury, comprenant un ou plusieurs documents. Elle comporte un exposé suivi d'un entretien avec le jury. (Présentation n'excédant pas vingt minutes ; entretien avec le jury : vingt minutes.)
L'épreuve permet au candidat de montrer :
― sa culture scientifique et professionnelle ;
― sa connaissance des contenus d'enseignement et des programmes scolaires ;
― sa réflexion sur les finalités de la documentation et de ses relations avec les autres disciplines.
Les dossiers proposés aux candidats portent sur des questions diversifiées permettant d'aborder les dimensions du métier de documentaliste ainsi que les connaissances théoriques qui leur sont nécessaires.
Cette première partie d'épreuve fait l'objet d'un programme limitatif révisé tous les trois ans et publié au Bulletin officiel du ministère de l'éducation nationale.
Seconde partie : interrogation portant sur la compétence « Agir en fonctionnaire de l'Etat et de façon éthique et responsable ». (Présentation : dix minutes ; entretien avec le jury : dix minutes.)
Le candidat répond pendant dix minutes à une question, à partir d'un document inclus dans le dossier qui lui a été remis au début de l'épreuve, question pour laquelle il a préparé les éléments de réponse durant le temps de préparation de l'épreuve. La question et le document portent sur les thématiques regroupées autour des connaissances, des capacités et des attitudes définies, pour la compétence désignée ci-dessus, dans le point 3 « les compétences professionnelles des maîtres » de l'annexe de l'arrêté du 19 décembre 2006.
L'exposé se poursuit par un entretien avec le jury pendant dix minutes.