Si vous pensez que la profession enseignante est soumise au stress, vous pouvez consulter le Café Pédagogique qui avait consacré un dossier sur ce thème. A cela il faut ajouter pour le professeur documentaliste le problème des névroses médiatiques. En effet, à force de toujours être à l'affût de toutes les infos avant les autres, on finit par être oppressés par le risque d'en laisser passer une (encore plus quand on est blogueur!). Le livre de M. Lejoyeux affirme que (vu sur B&C)  "Notre intérêt pour les actualités instantanées ne provient pas d'une volonté de comprendre ou d'agir, mais d'un souci d'appartenance et de sécurité psychologique. Il s'agit d'une névrose "raisonnable", qui derrière l'apparence de sérieux et de maîtrise permet surtout de socialiser nos émotions et angoisses. Il décrit les tendances anxieuses, hypocondriaques, narcissiques ou compulsives que peut recouvrir cet intérêt." Rien que ça!

Après avoir dit tout ça, comme on dit, ça nous fait une belle jambe. Comme si on savait pas qu'on était stressés! Alors j'ai deux solutions : M. Le joyeux conseille de se détacher de cette obsession de la nouveauté en lisant le journal de la veille par exemple et Nalya rapporte que lire réduit le stress de 68% (Contre 61 % pour l'écoute de la musique,54 % le fait de boire une tasse de café ou de thé, et seulement 42 % pour la marche à pied.). Donc, le plus simple que je vais faire, c'est débrancher son ordi et lire dans son canapé... D'ailleurs, c'est un pour ça que je blogue que rarement ces derniers temps. Je suis revenue à la lecture intensive de bd, mangas et autres littératures fantasques telles queBarthes, Bourdieu ou Genette...