Parce que y a pas que le 2.0 dans la vie et que les livres existent encore (si si!!), voici une longue analyse du secteur jeunesse par Philippe Godard et Catherine Gentille sur Ricochet. On y apprend notamment "L'édition jeunesse représente un secteur non négligeable de l'édition : 16,6 % de parts de marché, soit entre 70 millions et 80 millions d'exemplaires vendus (cela va des petits livres carrés en tissu pour les bébés jusqu'aux romans destinés aux jeunes adultes). En 2007 le secteur de la jeunesse a vu sa production augmenter de 10,4 % : 7713 nouveautés et nouvelles éditions de titres anciens ont été publiées".

Question cynique : Est-ce que les ventes continuent parce que les adultes s'acharnent à croire que ces livres vont être lus et les achètent quand même, alors qu'ils savent pertinemment qu'ils ne sauront que peu ouverts (à domicile, en médiathèque ou au CDI), ou fais-je du mauvais esprit ? Peut être que si on interdisait internet  et les jeux vidéos aux enfants de moins de 15 ans, ils n'auraient plus le choix et liraient alors à nouveau des livres...

Bref, l'analyse des deux auteurs est tout de même plus poussée que la mienne (si si!) et vont jusqu'à analyser le mythe de la gratuité et la politique du web. Très bonne synthèse et comparaison entre les usages d'un livre et ceux de l'écran.