Deux députés UMP ont proposé un amendement qui aurait modifié les conditions de la loi Lang fixant un prix unique au livre, garantissant ainsi une égalité de concurrence entre les petites librairies et les grands distributeurs de la culture : " L'amendement laissait entendre qu'en réduisant à six mois au lieu de deux ans le délai durant lequel on ne pouvait pratiquer de rabais sur le prix d'un livre, on éviterait qu'un certain nombre de livres ne finissent au pilon (un petit coup d'écologie) et on permettrait aux plus démunis d'acheter des livres (un petit coup de pouvoir d'achat)". Un résumé de l'histoire sur Nouvelobs et sur France Inter.

Parallèllement, les libraires en ligne ont gagné le procès contre le SLF et le droit d'offrir les frais de port aux internautes acheteurs (Express): "La gratuité des frais de port par une librairie en ligne est désormais acquise, confortée par une décision de la Cour de cassation. Pourtant, le Syndicat de la librairie française (SLF) avait de quoi être confiant, dans son combat acharné contre les librairies en ligne. Alapage.com avait été condamné par le TGI de Créteil et par la Cour d’appel de Paris pour avoir offert la gratuité des frais de port, comme Amazon France, pour des raisons identiques. Les juges avaient jugé qu'elle contrevenait à la loi Lang, qui interdit tout mécanisme de prime qui puisse rompre l’égalité entre les vendeurs de livres. Ce que conteste la Cour de Cassation, qui considère que l’exonération des frais de port est une réduction de prix consentie par le vendeur, en aucun cas une prime".