mon_cdiiJe ne vous parle pas de la prérentrée, mais de ma vraie rentrée qui m'a value une nuit d'insomnie, tellement j'étais stressée et impatiente.

9h : le CDI est déjà ouvert et les deux aides-documentalistes sont déjà là (contrat CAE, apparemment non renouvelable sur décision du recteur cette année) ; des élèves sont déjà sagement au travail (c'est bien le lycée, ils sont moins agités!). Le lycée est au milieu d'une forêt de pins (17 ha), à 1km de la mer et mon CDI est très joli : des tons violet, jaune, blanc ; très lumineux avec des baies vitrées de chaque côté sur toute la longueur du lieu , des étagères jaunes. A l'étage, nous y trouvons une salle de travail, une salle informatique et une salle de travail pour les profs avec possibilité de visionner des films. Ma tutrice me prend donc sous son aile dès le début (elle ne devait pas travailler ce jour là pourtant) et me forme à BCDI pour les manipulations de base (prêts, retours et notices). Pendant ce temps de mini formation, nous sommes plusieurs fois interrompues par diverses personnes : les élèves veulent leur code pour consulter internet ou simplement s'inscrire pour travailler au CDI (les 2° sont fliqués dans cet établissement, contrairement aux 1° et Tle), les aides-documentalistes qui demandent aux élèves de baisser d'un ton, les profs qui nous demandent un créneau pour faire des visies au cdi avec leur classe. On décide donc de passer à l'organisation du planning des formations : maximum une classe par heure. Chaque classe de seconde doit venir une première fois pour visiter le CDI au début de l'année scolaire (présentation de l'organisation du CDI : Dewey, encyclopédies, coins lecture, orientation et périodiques). On attend des profs qu'ils viennent s'inscrire eux-mêmes sur le planning, après avoir communiqué sur cette formation. En général, ce sont les profs qui ont la charge de l'ECJS, les TPE ou les profs principaux (surtout en français).

Une fois le planning fait, on parle de la partie qui m'intéresse plus particulièrement : la politique d'acquisition et l'organisation. Le coin des périodiques est à remanier, et il faut déterminer les achats de nouveautés. On détermine quelques titres, à compléter avec le site de la librairie De Citre. On projette de faire un café lecture avec des élèves entre midi et deux ; le projet semble sympa, pas cher et intéressant. Reste à convaincre les élèves (l'an dernier, ça avait pas trop marché apparemment).

13h : Pause déjeuner : cantine sympa, mais très bruyante. Je vais donc m'exiler dans la forêt, je marhe dans les bois jusqu'à la frontière d'un haras où j'aperçois quelques chevaux. Trop bien le moment détente!

14h : Retour au CDI : travail de catalogage, de remodelage du coin des périodiques (refaireles affiches, le classement, trouver d'autres abonements auquel souscrire). Ma tutrice est partie. Je fais un peu d'autorité avec les lycéens pour montrer que je suis pas une bleue et qu'on me la fait pas (c'est surtout qu'ils parlent vite fort!).

15h30 : Même pas le temps de me faire un thé qu'une prof d'ECJS déboule et me demande si je peux faire une visite du CDI de 5 à 6h. Les aides-documentalistes commencent à dire que, comme la titulaire n'est pas là, ça va être dur. Et moi, prenant mon courage à deux mains, j'accepte sans conditions sa proposition! Après tout, c'est ça notre boulot!

17h15 : la classe de seconde arrive. Je présente de manière ludique mon CDI (que je connais à peine) en suivant la classification Dewey, comme ça je découvre en même temps qu'eux les sous-catégories et les documentaires disponibles. Je mets l'accent sur les dictionnaires, usuels et encyclopédies (genre le Mourre en histoire et la chronique du XX° siècle, les dictonnaires de biographies...). Je parle ensuite du coin lecture avec les BDs, les revues et les romans, pour finir sur la documentation Onisep. Je conclus enfin sur le club lecture à venir (propagande) et les règles de vie au CDI.

18h : le CDI ferme ses portes, l'aide-doc me dépose à la gare et je repars sur Bordeaux pour de nouvelles aventures (mais là, l'histoire devient hors sujet!).

Voilà j'espère avoir satisfait la curiosité des lecteurs qui me demandaient des témoignages sur le métier. Vous aussi, autres PLC2, vous pouvez raconter vos expériences en com'.