Le blog de Saamarande

10 novembre 2014

Réflexion sur l’émergence d’une nouvelle forme d’identité à l’ère de l’informatique cognitive

 

Aujourd’hui l’identité est de plus en plus orientée non plus sur l’identité déclarative, mais sur l’identité agissante. La caractéristique principale de cette identité est qu’elle n’a pas forcément une correspondance avec la vie réelle : elle est une collection de traces liées à un individu, son sens s'élabore à travers des algorithmes. Le principe de l’informatique cognitive repose sur une association forte entre le moi virtuel, ses activités quotidiennes et les usages des technologies mobiles et connectées : applications mobiles qui décomptent toutes nos pratiques (poids, sport, scores…) associées à des pratiques informationnelles (recherche d’information, question…) et ajoutées à des publications en ligne. L’immersion dans l’internet cognitif implique la nécessité d’intégrer et de construire une identité numérique dans ses pratiques informationnelles

 L’identité numérique est constituée à la fois de ce que l’on fait et de ce que l’on donne aux autres comme représentations de soi en virtuel (profils des réseaux sociaux). Les catégories classiques de la communication ont explosé avec l’ère du web 2.0[1] avec la possibilité pour chacun de devenir son propre éditeur de contenu, car on ne se résume plus finalement à une catégorie d’âge et de classe, mais à un ensemble d’éléments qui, tous agrégés constituent notre identité numérique. Pour exister dans ce monde numérique, il faut l’investir personnellement.: plus je numérise l’ensemble de mes activités culturelles et sociales, plus elles sont tracées, plus l’ensemble des traces collectées donne un portrait affiné de ce que je suis et de ce que je fais, plus les outils s’adaptent à moi. L’usage des réseaux sociaux favorise de plus en plus la diffusion de multiples facettes d’un individu (social avec facebook, médiatique avec twitter, documentaire avec scoop-it, amoureuse avec les sites de rencontre…)

Le monde numérique est un espace virtuel, mondial, infini, sans frontières et sans espaces définis. On appréhende désormais ces territoires virtuels selon une approche culturelle et cognitive. Grâce à l’émergence des outils 2.0 et la possibilité de publier et participer au contenu présent sur les réseaux, l’individu oriente davantage ses usages informationnels vers des outils personnalisés et personnalisables pour mieux se repérer (veille avec les flux rss, curation, microblogging…). Cette personnalisation des usages est avant tout une façon d’investir ce nouveau monde informationnel afin de pallier le manque de médiation, l’objectif étant de se recréer un monde plus restreint et limité plus strictement dans une sphère informationnelle quasi-infinie, et retrouver ainsi les repères identitaires classiques de sa vie sociale. Virginia Heffernan[2] considère que les outils conçus avec des applications restreintes et fermées ont un large succès car ils permettent de reproduire les schémas sociaux classiques sur Internet, par la navigation en circuit fermé et un réseau social délimité.

Ce phénomène s’accentue considérablement avec l’exploitation des big data, à un niveau commercial mais aussi au service de l’utilisateur. Plus nous laissons de traces, plus nous alimentons l’index des outils que nous utilisons, plus ils s’adaptent à nos pratiques. Ainsi, si l’on considère l’évolution du web vers le 3.0 qui, selon les participants du festival South by Southwest Interactive, est centrée plutôt autour de l’ubiquité des informations, il en émerge l’idée d’une identité homogénéisée des internautes, immergée dans un espace hyperconnecté grâce à l’internet des objets et les outils mobiles.  On a alors la possibilité de se  connecter aux objets communiquants de son entourage en fonction de son profil (publicité ciblée, repérage géographique de vos contacts facebook, paramétrage personnel, centres d’intérêts, publications personnelles et professionnelles…). La prise en compte de l’identité numérique dans les nouvelles pratiques informationnelles permet à terme d’envisager une évolution du web vers une ère hyperindividualisée et hyperconnectée.

Bibliographie

Ertzscheid, Olivier (2009) : « L’homme est un document comme les autres », Hermès 53, 33-40

Georges Fanny (2009) : « Représentation de soi et identité numérique » Une approche sémiotique et quantitative de l'emprise culturelle du web 2.0, Réseaux, 2009/2 n° 154, p. 165-193. DOI : 10.3917/res.154.0165

Heffernan, Virginia (2010) : “The death of the open web”, New York Times, 17 mai 2010

Merzeau Louise (2009) : « Présence numérique : les médiations de l'identité », Les Enjeux de l'information et de la communication, 2009/1 Volume 2009, p. 79-91.

 

 



[1] Merzeau Louise (2009) 

[2] Heffernan, Virginia (2010)

Posté par saamarande à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 juin 2014

Tablettes tactiles en médiathèque - enquête des étudiants du master MEEF DSI de Pau

Les étudiants du master 1 MEEF parcours documentation et système d'information de l'ESPE d'Aquitaine, site de Pau, ont mené un projet d'enquête auprès d'un public adolescent sur leurs besoins et envies d'applications dans le cadre de l'équipement de la médiathèque de Pau en tablettes tactiles. Une enquête a été diffusée en MJC, centres sociaux, établissements scolaires (collèges, lycées généraux et professionnels) et dans le réseau des médiathèques de l’agglomération de Pau en mars 2014. 1005 questionnaires ont été distribués, avec un retour de questionnaire de 522 : le traitement des réponses a été réalisé à l’aide du logiciel Sphinx par l’ODE de l'UPPA (Observatoire des étudiants) par lecture optique et l’analyse qui suit par les étudiants du Master 1 MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) documentation et systèmes d’information.

L'objectif était d’évaluer la pertinence d'installer des Ipad en médiathèque et plus précisément sur l'espace Intermezzo, espace destiné aux 12/18 ans de la médiathèque André Labarrère de la ville de Pau, d’analyser le public adolescent (usager et non usager) et cerner leurs attentes en application IPAD, afin d'aider les bibliothécaires dans la constitution d'une politique d'acquisition centrée sur les applications Ipad.Ce document propose donc une sélection d'applications à installer sur les tablettes en fonction à la fois des attentes des adolescents et en conformité avec les objectifs de la bibliothèque municipale.

Voici la synthèse en ligne

07 avril 2014

Sujets du capes externe de documentation 2014

Epreuve de maitrise des savoirs académiques

Composition

Cette année nos étudiants ont eu la joie de composer sur un extrait du texte de Saläun La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l'information, 2007.

En prenant appui sur le texte de Jean Michel Salaun, vous exposerez votre réflexion sur l'extrait suivant: "Cette nouvelle forme de documentarisation reflète ou tente de refléter une organisation post moderne de notre rapport au monde, repérable aussi bien dans les sphères privées, collective et publique, qui d'ailleurs se superposent de plus en plus. Comme dans la précédente modernisation, le document participe au processus et y joue un rôle clé, mais il est transformé au point que l'on peut se demander s'il s'agit encore de la même entité".

Question : les collections

 

Etude d'un sujet de politique documentaire
 La coopération d 'une cité scolaire avec la lecture publique (12 documents)

 

Je remercie Fanny, Assouane, Carine, Anita et Claire, qui par divers moyens de communication m'ont fait parvenir le sujet. Globalement le sujet de la composition a plu, la question un peu moins. Le dossier pour sa part ne les a pas effrayé.

Donc une étape de franchie : l'écrit! Mais ce n'est pas tout, il ne faut pas se relâcher, il faut s'atteler à l'oral. Au programme, veille, prise de parole, recherche documentaire et traitement documentaire. Les résultats seront publiés sur publinet le 5 mai, d'ici là, faites de la veiille et partagez la entre vous avec le #capesdoc.

 

04 février 2014

L'identité numérique en images

Avec mon collègue Bruno Vergnes du Clémi, on a animé un atelier sur l'identité numérique des adolescents dans le cadre d'EIDOS 64 à Mourenx, en l'abordant par le prisme de l'image et des usages spécifiques aux adolescents sur les nouveaux réseaux sociaux. On s'est amusés à faire un schéma, inspiré de celui de Dominique Cardon, sur le type d'usages des images en fonction des supports de diffusion. En a découlé un schéma, qui n'est pas fixé tans les usages et les outils sont mouvants. On va dire que c'est un instantané de janvier 2014 qui fixe les modes de diffusion de l'image et les types d'images existantes à cet instant T.

L'image de soi sur les réseaux-schéma

Le support a été mis en ligne sur slideshare

 

L'image de soi sur les réseaux from Julie Pascau

25 novembre 2013

Foad et Mooc, c'est fun!

Avec tout ce que je lis ces derniers temps sur la FOAD et les MOOC, j'ai décidé de faire un petit billet étape, une mini revue de presse, dans ce flux ininterrompu d'informations (qui sera bien entendu pas du tout exhaustif). En effet, en ce moment, c'est le sujet qui anime les universitaires sur les réseaux sociaux.

Tout d'abord posons la question de savoir ce qu'est la FOAD. « La FOAD est un dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Elle comporte des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Elle n’est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d’un formateur" Circulaire DGEFP n°2001-22 du 20.07.01 Pour plus d'infos et l'historique sur la formation à distance, consultez l'encyclopédie de la formation : vous y apprendrez que FOAD et e-learning sont quasi synonymes, et que "l’organisation de formations « mixtes » dans lesquelles on alterne regroupement en présentiel et travail personnel à distance, cours magistral et période d’auto-formation est appelé blended learning". D'abord dans le monde de l'entreprise, puis glissant vers l'enseignement, le triangle traditionnel entre apprenant, savoir et formateur va évoluer pour prendre en compte l'aspect collaboratif dans l'apprentissage

Dans les universités, le besoin en enseignement à distance est de plus en plus fort avec l'émergence d'Internet, notamment dans l'idée de formation tout au long de la vie. L'idée est de pouvoir ouvrir les cours à tous, sans inscription ni certification. Le principe des Mooc est d'utiliser les réseaux pour créer des communautés d'apprenants et de construire des parcours de cours interactifs grâce aux TIC. Avec l'émergence de nouvelles plate-formes d'enseignement à distance, ouvertes et plus souples comme moodle par exemple, les universités se sont lancées dans l'expérience de l'enseignement à distance : on appelle cela des MOOC (cours en ligne ouvert à tous, massive open online courses). L'exemple de Mooc le plus célèbre et précurseur étant celui du MITqui proposait des conférences filmées.. 

 Au regard de ces évolutions, la pédagogie universitaire évolue pour mieux appréhender ce nouveau mouvement :pédagogie socio-constructiviste, classe inversée... L'université remet en cause le modèle du cours magistral pour entrer dans le numérique. En France, on avait aussi des cours en ligne filmés sur Canal-U, mais cela n'est pas suffisant (via les UNT). Il faut agrémenter le cours de matériel pédagogique pour que le savoir se transforme en connaissance. L'idée est donc de scénariser un parcours, où l'on va mêler du contenu avec des activités pédagogiques (exercices, discussions sur un forum...).

"En septembre 2013, l'Europe se lance dans l'aventure MooC : la Commission européenne a lancé le 25 septembre 2013, le site web Open Education Europa dans le cadre du programme « Ouvrir l'éducation » visant à stimuler l’innovation et les compétences numériques dans les écoles et les universités. En avril 2013 avait été également lancé le projet OpenupEd coordonné par l’EADTU (European Association of Distance Teaching Universities) et également soutenu par la Commission européenne. Cette plateforme recense une quantité importante de MOOCs, dans plusieurs langues européennes et dans différentes disciplines" Les cours sont en anglais majoritairement). (Vu sur Eduscol -  tour d'Europe des MOOC).

En France, on trouve sur la Toile depuis 2012 des MOOc. Pour vous repérer dans l'offre de MOOC francophone, un dossier d'Eduscol les recense pour octobre 2013. On y trouve mentionné le 1° mooc français :Internet tout y est pour apprendre  pour construire son environnement d'apprentissage personnel. Et puis si vous en voulez plus, on retrouve sur cette carte le recensement des Mooc français (c'est cool les cartes! source : Hellomentor)

Le plus difficile est donc de se réperer dans l'offre existante. C'est pourquoi Fun a été créé  : France Université Numérique est une plate-forme de MOOC français lancés en octobre 2013. Les cours commenceront début 2014. Je me suis déjà inscrite à pas mal de cours qui commencent en janvier comme "Intro aux technologies des médias interctifs numériques" du Cnam, ou la fabrication numérique de l'institut des Mines.

Cependant, il faut se méfier de l'utopie de l'accès au savoir pour tous. De nombreuses études montrent la limite de ce modèle pédagogique qui exige de l'apprenant une grande autonomie et une réelle autonomie pour suivre les cours. Le taux d'abandon est plus important que sur les cours en présentiel (Matthieu Cisel in Huffington Post et sur son blog des conseils pour développer le mouvement). Christine Vauffrey nous offre son analyse de la conférence de Karsenti sur l'effet de mode des MOOC sur Thot cursus, pour montrer que le mouvement de la FOAD a presque 130 ans et que la technologie ne résout pas tous les problèmes pédagogiques.

Et vous aussi vous pouvez créer votre cours sur un MOOC si vous êtes spécialiste d'un domaine sur Openclassroom. Si vous avez besoin de ressources pédagogiques pour les intégrer à vos cours, vous pouvez utiliser Eduthèque (pas encore très fourni, mais ça se développe)

Pour en apprendre plus, allez écouter l'émission dédiée sur France culture

 

 

Posté par saamarande à 16:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


10 septembre 2013

Inscriptions aux concours de l'enseignement

Les inscriptions aux capes dont celui de documentation pour la sessions de 2014 (2) sont ouvertes à partir du 10 septembre jusqu'au 22 octobre 2013. Plus di'nformations sur le site du Ministère.

Attention l'inscription dans une ESPE ne dispense pas d'une inscription individuelle au concours. Les écrits du capes documentation auront lieu entre les 3 (savoirs académiques) et 4 avril (politique documentaire) 2014 de 9h à 14h.

Posté par saamarande à 12:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 août 2013

Formation et missions des personnels enseignants

En cette rentrée, il est temps de regarder les textes parus dans l'été, car sur la plage, il est toujours difficile de faire de la veille (le sable dans la tablette ou le smartphone + le soleil direct, c'est dangereux!). Je commence donc l'année avec le texte paru dans le BO n° 30 du 25 juillet 2013 intitulé "Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation", qui accompagne la création des ESPE (cf feuilletons précédents pour savoir que l'ESPE remplace au 1° septembre les IUFM). Ce texte abroge l'arrêté du 12 mai 2010 qui précisait les dix compétences professionnelles

En annexe de ce texte est présentée la liste des compétences que les professeurs documentalistes et les CPE doivent maitriser dans le cadre de l'exercice de leur métier, en plus de celles communes à tous les professeurs. En gros pour le métier de professeur documentaliste, ce texte actualise les missions de la circulaire de 1986. On y trouve 4 points :

  • Maitriser les connaissances et les compétences propres à l'éducation aux médias et à l'information
  • Mettre en oeuvre la politique documentaire de l'établissement qu'il contribue à définir
  • Assurer la responsabilité du cenntre de ressources et de la diffusion e l'information au sein de l'établissement
  • Contribuer à l'ouverture de l'établissement scolaire sur l'environnement éducatif, culturel et professionnel

 

 

 

 

03 juin 2013

Résultats du concours et préparation de la deuxième session

Aujourd'hui sont parus les résultats du capes de documentation sur Publinet. Félicitations aux admis! Vous devenez fonctionnaire stagiaire au 1° septembre.

Pour ceux qui auraient raté, rassurez vous, cette année vous avez une seconde chance. Si vous vous êtes préinscrit en janvier, vous passerez les écrits les 21 et 22 juin 2013 (le concours ne change pas pour cette session). Pour préparer l'oral qui aura lieu en juin, vous pouvez suivre une formation spécifique dans les iufm, soit un master 2, soit juste une préparation au concours.

Bon courage

Posté par saamarande à 17:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 avril 2013

Le nouveau capes documentation pour 2014

En ce printemps mi-figue mi raisin sort la nouvelle mouture du capes de documentation. Ce qui est marquant pour tous les concours de l'enseignement, c'est la disparition de l'épreuve "agir en fonctionnaire de l'état". On garde deux épreuves d'admission, deux épreuves d'admissibilité.

Pas de grosse différence avec les épreuves de 2013. La question d'épistémologie glisse dans l'épreuve 1, du coup le temps de la composition est amputé. Pour ce qui est de la 2° épreuve, on a désormais 5 heures pour élaborer une note de synthèse et surtout la conclusion personnelle. Ce qui change surtout, ce sont les coefficients. En 2013, toutes les épreuves avaient les même coefficient 3, ce qui permettaient aux candidats bons à l'écrit et mauvais à l'oral de passer. On revient aujourd'hui à un oral discriminant, car les écrits ont désormais coefficient 1 et les oraux coefficient 2.

L'épreuve orale de séquence pédagogique ne change pas (séquence pédagogique + recherche documentaire + bibliographie + analyse documentaire), mais le temps de préparation passe de 3h à 2h (outch!). L'épreuve sur dossier porte toujours sur une question, mais a priori il n'y aura plus de programme limitatif.

Epreuves d'admissibilité

1° Epreuve de maîtrise des savoirs académiques

L'épreuve comporte deux parties

La première consiste en une composition à partir d'un extrait de texte et porte sur un sujet relevant des sciences de l'information et de la communication. Elle permet d'évaluer, en particulier, la capacité du candidat à organiser une démonstration et à l'étayer par des connaissances précises en sciences de  l'information et de la communication. (/12 points)

La deuxième partie est une réponse à une question se rapportant à l'histoire, aux enjeux et à l'épistémologie de la documentation. Elle permet d'évaluer des connaissances en matière de documentation (/8 points)

Durée : 5 heures ; coefficient 1

2° Etude d'un sujet de politique documentaire

L'épreuve consiste en l'étude d'un sujet de politique documentaire relative à un établissement scolaire du second degré. Elle prend appui sur un dossier. A partir d'une problématique dégagée à sa lecture, le candidat établit un plan de classement, rédige une note de synthèse, puis conclut en exprimant un point de vue personnel sur le sujet traité.

L'épreuve permet d'évaluer, en particulier, la capacité du candidat à extraire les idées essentielles d'un dossier et à les restituer avec un esprit de synthèse. La conclusion permet d'évaluer sa capacité à prendre un recul critique par rapport aux informations apportées en rapport avec sa future activité professionnelle.
Durée : 5 heures, coefficient 1

Epreuves d'admission

Les deux épreuves orales d'admission comportent un entretien avec le jury qui permet d'évaluer la capacité du candidat à s'exprimer avec clarté et précision, à réfléchir aux enjeux scientifiques, didactiques, épistémologiques, culturels et sociaux que revêt l'enseignement du champ disciplinaire du concours, notamment dans son rapport avec les autres champs disciplinaires.

1° Epreuve de mise en situation professionnelle

L'épreuve comporte deux volets.

Le premier volet consiste pour le candidat à élaborer une séquence pédagogique ou éducative nécessitant l'exploitation de ressources documentaires.

A partir d'un sujet tiré des programmes et instructions de l'enseignement secondaire, le candidat constutue un corpus de documents numériques, puis expose, devant le jury, la situation envisagée, justifie ses choix de nature pédagogique et éducative, et explicite sa démarche. Il indique les apprentissages informationnels des élèves qui peuvent être articulés à cette situation.

Pour le second volet, le candidat, d'une part, élabore une bibliographie sur le sujet proposé incluant les éléments du corpus et des documents complémentaires qu'il juge utiles, d'autre part, effectue l'analyse documentaire de deux documents de son choix tirés du corpus.

Le jury apprécie la pertinence de la sélection en fonction des objectifs pédagogiques ou éducatifs visés, ainsi que la qualité du traitement documentaire effectué. Il peut demander des précisions au candidat, voire des éléments de traitement d'un ou plusieurs autres documents.

Durée de la préparation : 2h; durée de l'épreuve 1h, dont 20 minutes maximum d'exposé ; coefficient 2

2° Epreuve d'entretien à partir d'un dossier

L'épreuve comporte un exposé portant sur une question posée par le jury, suivi d’un entretien avec celui-ci. Elle prend appui sur un dossier proposé par le jury, comprenant un ou plusieurs documents (de nature scientifique, didactique, pédagogique, extraits de manuels ou travaux d’élèves).Outre l’aptitude au dialogue et au recul critique du candidat, l’épreuve permet d’apprécier sa culture scientifique et professionnelle, son approche des ressources utiles aux élèves et plus largement aux communautés éducatives dans la société numérique, ses connaissances en matière de développement des compétences des élèves, d’aides pédagogiques et éducatives, d’organisation des temps de vie de l’élève. L’entretien permet aussi d’évaluer la capacité du candidat à prendre en compte les acquis et les besoins des élèves, à se représenter la diversité des conditions d’exercice de son métier futur, à en connaître de façon réfléchie le contexte dans ses différentes dimensions (classe, équipe éducative, établissement, institution scolaire, société), et les valeurs qui le portent dont celles de la République.

Durée de la préparation : 2 h ; durée de l’épreuve : 1h (20mn d’exposé maximum suivies de 40 mn d’entretien ; coefficient 2).

10 avril 2013

Réforme des IUFM et capes de documentation

Pour expliquer la suite de la réforme des IUFM, j'écris un petit billet pour ceux qui voudraient passer le capes de documentation mais qui ne comprennent pas trop les enjeux de la réforme.

En juin 2013, il y a un écrit du concours. Il se passe maintenant en fin de master 1. Les inscriptions pour cette session sont closes. Pour ceux qui voudraient passer ce concours l'année prochaine, il faudra se rapprocher en mai des IUFM qui deviendront au 1° septembre des ESPE (école supérieure du professorat et de l'éducation). Il sufiit d'être titulaire d'une licence (l'option documentation est un plus, mais pas une obligation), dans n'importe quelle matière. En général, les étudiants qui passent ce capes ont fait des études littéraires (histoire, lettres), mais les scientifiques ont aussi la possibilité de suivre la formation. Le cursus spécifique à la documentation commence en effet en master 1, soit lors de votre inscription dans l'ESPE. Le contenu de la formation valide un master 1 de l'enseignement, avec un tronc commun à toutes les disciplines et un enseignement spécifique lié à la documentation. En fin de master 1, vous passez le capes et si vous réussissez, vous devenez fonctionnaire stagiaire (rémunéré) tout en suivant un master 2 en alternance.

Ces dernières années, avec les différentes réformes, le vivier de candidats s'est considérablement tari. Le capes documentation comme d'autres capes (lettres, maths, langues), peine à recruter des candidats, et devient par là même plus facile à réussir (ça ne dispense pas d'une bonne préparation cependant). C'est donc le moment de vous inscrire à l'externe...

En Aquitaine, il y a deux endroits où vous pouvez vous inscrire pour suivre cette formation : Bordeaux et Pau. Pour plus de renseignements sur la réforme et la formation, allez voir le site de l'IUFM d'Aquitaine.